Studio CityGate
Studio CityGate
 

L’usage temporaire, transitoire ou expérimental du sol est un moyen d’action rapide dans le contexte plus long de la planification territoriale. Il permet d’animer un quartier, de revitaliser un patrimoine historique, de tester des usages, de lancer une dynamique collaborative…, afin de toujours mieux répondre aux besoins des habitants.

À Bruxelles, comme dans d’autres villes, les grands projets prennent du temps. Plusieurs années peuvent s’écouler entre l’ambition initiale et le début d’un chantier. Parallèlement, de très nombreuses initiatives innovantes émanant du secteur associatif,  des habitants, des institutions ou des entreprises sont à la recherche d’un espace où s’épanouir : projets d’aide aux plus démunis, projets communautaires, ateliers, projets événementiels, etc.

Dans ce contexte, l’usage temporaire devient un instrument de mobilisation. Il contribue à la fois à la définition de l’identité du site, au développement social et à la réappropriation de l’espace public par les citoyens. Il pose aussi les bases d’une future programmation pour les projets urbains.

Qu’est-ce que l’occupation temporaire ?

Plusieurs types d’occupation peuvent être déployés selon le contexte :

  • L’occupation temporaire est l’usage temporaire d’un bien ou d’un terrain inoccupé. Il s’agit d’une occupation d’opportunité qui n’est pas liée à un outil de planification particulier.
  • La gestion transitoire est l’occupation d’un site dans l’attente de sa réaffectation et une fois que la vision territoriale pour ce site a été définie. L’occupation qui y prend place s’inscrit dans la volonté des pouvoirs publics et peut, à terme, être intégrée au projet final.
  • L’expérimentation programmatique est l’usage temporaire d’un site lorsque la stratégie relative à son développement n’est pas encore définie mais que la volonté de développer ce site à terme est connue. Ce type d’occupation permet de tester des scénarios et de vérifier qu’ils correspondent aux besoins pour un territoire donné. 

Pourquoi proposer une occupation temporaire, transitoire ou expérimentale ?

Une des plus-values des projets d’occupation temporaire est la possibilité d’ajuster la programmation et la planification des projets urbains. Outre le fait que leur usage soit aujourd’hui ancré dans l’identité bruxelloise et profite à sa reconnaissance internationale, ils mettent en évidence des besoins émergents et constituent une nouvelle forme de participation citoyenne qui permet aux autorités de proposer des stratégies urbaines plus pertinentes.

Un Guide de l’occupation temporaire

Pour répondre aux questions fréquentes, perspective.brussels a réalisé un guide de l’occupation temporaire sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale. Il s’adresse à la fois aux porteurs de projets en recherche d’un lieu et aux détenteurs d’espaces qui souhaitent les mettre à disposition durant une certaine période.

Disponible en site internet et en publication, le guide de l’occupation temporaire reprend les droits, devoirs et points d’attention utiles pour les publics concernés. Réalisé au départ d’une étude menée conjointement par Nicolas Bernard, professeur à l’Université de Saint-Louis et les équipes de perspective.brussels, il a été finalisé en collaboration avec les associations, administrations et entreprises bruxelloises compétentes.

Le guide est accesible via le site internet occupationtemporaire.brussels